Retour à la grille
18 mars 2011 Vol. 6 No. 49

Vendeur itinérant : Il existe des solutions !

Auteur : L'équipe

En théorie, un entrepreneur en construction qui, ailleurs qu’à son adresse d’affaires, sollicite un consommateur en vue de conclure un contrat, ou encore conclut directement ce contrat avec le consommateur, devra être qualifié comme vendeur itinérant au sens de la loi. Vous remarquerez qu’il s’agit là d’une notion assez large qui, en pratique, inclut une importante proportion des ententes et contrats d’entreprise conclus dans l’industrie de la construction, notamment en matière de rénovation où l’entrepreneur est fréquemment appelé à se déplacer chez le client pour soumettre sa soumission ou conclure directement une entente avec celui-ci.

Cependant, il est important de noter que la loi prévoit aussi que le commerçant qui conclut son contrat à l’adresse du consommateur et à la demande expresse de celui-ci, ne sera pas considéré comme un vendeur itinérant, pourvu que le contrat ait été sollicité à l’adresse du commerçant.

Concrètement, prenons l’exemple d’un entrepreneur spécialisé en systèmes intérieurs  qui est invité à se rendre chez un client afin de lui soumettre une estimation relativement aux travaux à effectuer. Lors de cette rencontre et après que l’entrepreneur ait soumis son évaluation au client, celui-ci en est satisfait et désire immédiatement conclure une entente pour confier l’exécution desdits travaux à l’entrepreneur. Ici le contrat a été sollicité chez l’entrepreneur par le client, mais conclu ailleurs qu’à la place d’affaires de l’entrepreneur. À première vue, l’on pourrait être tenté de prétendre que l’entrepreneur est un vendeur itinérant, mais le fait que le contrat ait été conclu chez le client et à sa demande expresse, constitue une exception. Ainsi, l’entrepreneur ne sera pas assujetti aux obligations auxquelles est contraint un vendeur itinérant.

Conséquemment, dans une situation semblable, nous vous invitons fortement à ne prendre aucun risque et à inclure dans votre contrat une clause à l’effet que «

le présent  contrat est conclu chez le client à sa demande expresse

», le tout en prenant soin de porter cette clause à l’attention du client afin qu’il y appose ses initiales.

Vendeur Itinérant : Exception à la règle

Toutefois, tout louage ou vente de services relativement à une

porte

, une

fenêtre

, un

isolant thermique

, une

couverture

ou un

revêtement extérieur

de bâtiment, constitue un contrat conclu par un commerçant itinérant même s’il a été conclu à l’adresse du consommateur. Autrement dit, pour qu’un entrepreneur spécialisé offrant l’un des services précités ne soit pas considéré comme un vendeur itinérant au sens de la loi, il faudra que le contrat ait été sollicité et conclu à sa place d’affaires.

À lire, prochain Partenaires:

Appels d’offres : Et si votre soumission n’arrivait pas au bon endroit ?

Par Jean Rousseau

Pensée de la semaine:

Il faut être ambitieux, mais il ne faut pas se tromper d’ambition.

[Jacques de Bourbon-Busset]

Crochetière, Pétrin offre des services juridiques complets et de qualité supérieure en droit de la construction et de l'immobilier.

Vous aimerez aussi

5 octobre 2017 Vol. 10 No. 34

Recours possible pour éviter l’émission d’une licence restrainte

Auteur : L'équipe

Depuis 1998, le Règlement sur les restrictions aux licences d’entrepreneurs aux fins d’un contrat public permet à la RBQ de délivrer une licence restreinte aux entrepreneurs en construction qui commettent certaines infractions à la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction (ci-après : « Loi R-20 »). L’entrepreneur qui […]

Lire cette publication