Retour à la grille
6 novembre 2007 Vol. 3 No 13

À bas les idées préconçues !

Auteur : Alexandre Franco
Alexandre Franco
Alexandre Franco

Entrepreneur en construction depuis maintenant plusieurs années, vous connaissez tous le remarquable outil qu’est l’hypothèque légale de la construction. Outil, que dis-je? C’est plutôt une véritable arme que le législateur a mise à votre disposition afin de vous aider dans la perception de vos comptes clients et de vous protéger lors de la faillite d’un débiteur.

Vous êtes maintenant tous accoutumés à l’obligation de dénonciation de contrat au propriétaire lorsque votre cocontractant n’est pas ce dernier lui permettant ainsi de retenir de l’argent qui est dû à l’entrepreneur général un montant suffisant pour payer votre créance.

Mais qu’en est-il lorsque les travaux sont réalisés au bénéfice d’un locataire et non du propriétaire? La conception générale est que l’entrepreneur, général ou spécialisé, ne peut bénéficier du droit à l’hypothèque légale.

La règle

Cette conception est en fait la règle générale. En effet, comme le propriétaire ne requiert l’exécution d’aucun travail à son immeuble, il ne doit aucune somme à l’entrepreneur général. Conséquemment, il ne peut retenir du montant revenant à l’entrepreneur général les sommes dues à un sous-traitant afin de s’assurer que ce dernier soit payé. Il en résulte donc que les entrepreneurs ne pourront bénéficier du droit à l’hypothèque légale lorsque les travaux sont requis par un locataire. En effet, comment prendre le propriétaire en otage si ce dernier ne doit rien à personne ?

L’exception

À toute règle il y a une exception. Suivant les enseignements de la Cour Suprême, un entrepreneur pourra publier une hypothèque légale même lorsque les travaux sont exécutés à la demande d’un locataire à la condition que le bail puisse être assimilé à un contrat de construction. Pour ce faire, le bail devra :

1. définir les travaux de façon précise (plans et devis); 2. permettre de déterminer le coût des travaux; 3. autoriser le locataire à décider des méthodes d’exécution et du choix des entrepreneurs; 4. prévoir l’engagement du locateur de payer au locataire le coût des travaux;

Comment savoir si votre entreprise peut se prévaloir de l’exception quand on sait qu’il est plutôt inusité pour un propriétaire ou un locataire de publiciser les modalités de leur relation. Ce fait est d’autant plus vrai lorsque cette divulgation donnerait des munitions à un entrepreneur! Par conséquent, bien souvent la seule façon de forcer un propriétaire à découvrir son talon d’Achille est de publier l’hypothèque légale dans un premier temps.


 

Pensée de la semaine

Si vos dépenses excèdent vos revenus, alors votre train de vie causera votre ruine.

[ Bill Earle ]

Crochetière, Pétrin offre des services juridiques complets et de qualité supérieure en droit de la construction et de l'immobilier.

Vous aimerez aussi

9 novembre 2016 Vol. 9 No. 38

Le droit d’être entendu

Auteur : L'équipe

Un entrepreneur, unique répondant de la licence de son entreprise, décide de prendre des vacances prolongées. Il sera dorénavant moins présent au bureau puisqu’à l’extérieur du pays pendant plusieurs mois. Ces faits sont découverts par l’un des organismes de surveillance de la Loi sur le bâtiment (« Loi ») qui décide d’ouvrir une enquête. Les vérifications de l’enquêteur lui […]

Lire cette publication