Publication

Visite du chantier par le client : En connaître les limites

23 mai 2012 | Vol. 6 No. 98

À tout moment de la construction ou de la rénovation d’un immeuble, le client peut, mais de manière à ne pas nuire au déroulement des travaux, vérifier leur état d’avancement, la qualité des matériaux utilisés et celle du travail effectué, ainsi que l’état des dépenses faites.

Autorisation requise!

Le client devra obtenir l’autorisation de l’entrepreneur pour visiter le chantier. Le client devra respecter les normes de sécurité, ainsi que les lois et règlements qui sont applicables sur les chantiers de construction. L’autorisation que ne pourra lui refuser l’entrepreneur sans motifs valables ne devrait être accordée que pendant les heures de travail du chantier.

Une visite guidée et encadrée

Il est fortement recommandé de toujours accompagner le client qui veut accéder au chantier en lui précisant, au préalable, le temps que vous êtes disposé à lui accorder pour cette visite. Ne jamais remettre la clé d’une unité d’habitation à votre client devrait être une règle de base impérative à laquelle vous ne devriez jamais déroger.

Pour un meilleur équilibre

Le client a non seulement un droit de regard sur la construction qui est en cours, mais ce droit inclut celui de poser des questions à l’entrepreneur et d’intervenir si ce dernier ne se conforme pas à ses obligations, qui sont notamment celles de répondre à ses questions. En effet, le client profane dans le domaine de la construction qui pourrait être insatisfait des réponses de son entrepreneur, pourrait consulter des experts indépendants pour le conseiller dans la voie à suivre et sur les informations à obtenir. S’il démontrait ultérieurement que ces consultations étaient justifiées, il pourrait même réclamer à l’entrepreneur les frais encourus à titre de dommage.



À lire, prochain Partenaires :

Commanditaire ou commandité  ? Démystifier la société en commandite !

Par : Mélissa Dionne



Pensée de la semaine :

Il est extrêmement rare que la montagne soit abrupte de tous côtés.

[André Gide]