Publication

Rapport présenté par la Ministre du Travail : Le secteur résidentiel encore une fois ignoré !!

14 septembre 2011 | Vol. 6 No. 70

Mme Lise Thériault, Ministre du travail, vient de dévoiler le contenu du Rapport du Groupe de Travail sur le Fonctionnement de l’Industrie de la Construction dont les conclusions « visent à rétablir l’équilibre entre les acteurs de cette industrie, syndicats et employeurs, travailleurs et donneurs d’ouvrage, dans le but de favoriser la mise en place, chez nous, de conditions favorables à l’investissement ». Mais les recommandations mises de l’avant ne sont pas nécessairement de nature à favoriser cet objectif pour le secteur résidentiel.

Du côté syndical, l’APCHQ aura comme interlocuteurs à la table de négociation, l’ensemble des associations représentatives, c’est-à- dire  les cinq organisations syndicales autorisées par la Loi sur les relations du travail. Nous avons déjà vécu cette situation et nous avons pu constater que chacun des syndicats représentait une majorité de travailleurs qui œuvrent principalement dans des secteurs autres que le secteur résidentiel, avec comme conséquence qu’ils tentent d’imposer leurs conditions de travail habituelles au secteur résidentiel. Leur pensée peut se résumer ainsi « à travail égal, salaire égal », leur objectif devient alors de réduire l’écart entre les conditions de travail du secteur résidentiel et celles du secteur commercial notamment.

Du côté patronal, les donneurs d’ouvrage devront être consultés par l’ACQ et par l’ACRGTQ lors de la négociation des conditions de travail des autres secteurs. Il est à craindre que les préoccupations du secteur résidentiel ne seront pas au cœur de leurs discussions si on considère que les principaux donneurs d’ouvrage sont les gouvernements, les institutions et la grande industrie.

Parallèlement à cet état de fait, les conditions du tronc commun devront être ratifiées par deux des associations sectorielles d’employeurs représentant au minimum 50% des employeurs de l’industrie. Or l’histoire des relations du travail dans la construction nous apprend que l’ACQ et l’ACRGTQ se concertent et se servent des conditions du tronc commun pour faciliter un accord dans la négociation de leurs conditions sectorielles.

Compte tenu de ce qui précède, il y a fort à parier qu’aucune convention collective du secteur résidentiel ne sera signée avant que soient connues les conditions du secteur commercial et les conditions du tronc commun afin de tenter  encore une fois de réduire l’écart entre ces secteurs,

Il est vrai que cet objectif réducteur n’est pas nouveau pour la partie syndicale, mais l’application des recommandations du Groupe de travail viendra encourager les efforts syndicaux désormais unifiés par la loi.

La conclusion de ce beau rapport : Le secteur résidentiel, encore une fois l’enfant pauvre de la réforme !

______________________________________________________

À lire, prochain Partenaires : 

Contrats publics ou municipaux : Nouvelles obligations pour l'entrepreneur

Par Jessica Tremblay
______________________________________________________

Pensée de la semaine: 

Répéter continuellement les mêmes erreurs ne sert à rien dans la vie. Il ne faut pas être un génie pour comprendre qu'après trois prises, vous êtes retiré.

[Red Smith]