Publication

J'ai un RDV avec mon avocat : Je planifie pour être efficace!

20 octobre 2010 | Vol. 6 No. 33

Il n'est jamais plaisant d'avoir à faire reconnaître ses droits lorsque survient un problème.  En pareilles circonstances, il vous deviendra souvent nécessaire de consulter un avocat afin d'obtenir son opinion.  Évidemment, la consultation et l'examen du dossier occasionneront des frais auxquels vous auriez bien aimé ne pas être confronté.  Il est important de savoir qu'une rencontre avec son avocat, planifiée et préparée d'avance, peut vous économiser beaucoup d'argent.

Afin de pouvoir vous conseiller adéquatement sur vos droits et planifier les étapes à suivre par la suite, le cas échéant, votre avocat aura besoin de connaître le maximum de détails entourant les circonstances qui vous amènent à le consulter.  Toute l'information dont vous disposez pourra donc lui être utile.  La recherche de cette information nécessaire ou utile est souvent une étape qui s'avère inutilement coûteuse pour beaucoup de clients puisqu'ils se présentent à leur rendez-vous mal préparés.
Dans un premier temps, lors d'une première rencontre, votre avocat aura besoin de connaître l'ensemble des faits entourant la problématique qui lui sera exposée.  Pour ce faire, il voudra dans un premier temps connaître la problématique qui vous préoccupe et sur laquelle il aura à vous conseiller.  Par la suite, vous serez appelé à exposer l'ensemble des faits, de façon chronologique, qui ont amené à cette problématique.  Il arrive souvent qu'à cette étape, beaucoup d'informations précieuses ne soient pas transmises pour plusieurs raisons : le client n’ose pas la divulguer, il ne s'en souvient pas au moment de la rencontre ou tout simplement il la juge inutile.  Le défaut de fournir toute l'information non seulement peut retarder l’opinion attendue puisque l'avocat aura à faire les recherches nécessaires ou vous demandera un complément d'informations avant de se prononcer, mais peut également être source de frais supplémentaires alors que l'avocat pourra être tenu de modifier son opinion en fonction des nouveaux faits qui pourront lui être divulgués ultérieurement.  Pire encore, l’opinion que pourrait vous donner votre avocat, basée sur des faits incomplets ou inexacts, pourrait être erronée.  
Pour ces raisons, il est donc essentiel de transmettre à l'avocat la totalité des faits entourant la situation problématique en lui laissant le soin de déterminer ceux qui sont pertinents ou non à votre cause.  L'avocat est tenu au secret professionnel et n'est pas là pour juger le client mais bien pour lui fournir l'information nécessaire quant aux droits qu'il pourrait avoir.  Afin d'être efficace, il est donc conseillé de préparer votre rencontre en couchant sur papier, de façon chronologique et de façon réfléchie, tous les faits ayant conduit à la situation pour laquelle vous consultez.  De plus, vous devrez apporter lors de la rencontre l'ensemble des documents que vous aurez en votre possession et qui pourraient toucher de près ou de loin à votre cause.  Plus particulièrement, il pourrait être avantageux, et cela permettrait de sauver un temps précieux, d'identifier chacun des documents en fonction de chacun des faits que vous aurez pris soin d'indiquer de façon chronologique dans le document auquel nous avons fait référence ci-avant.  Enfin, il pourrait être utile de dresser une liste de documents dont vous avez connaissance mais que vous ne détenez pas ainsi qu'une liste de personnes pouvant corroborer votre position et/ou les faits établis dans votre liste chronologique.
Le travail que vous ferez avant votre rencontre aura nécessairement un effet à la baisse sur les coûts de cette dernière et sur les délais pour obtenir l’opinion demandée.  En effet, quoique l'avocat soit maître du droit, il ne peut déterminer ce dernier qu’en fonction des faits, documents et autres informations que vous pourrez lui transmettre.  Plus ces renseignements et documents seront complets, plus la justesse de l'opinion sera grande et plus les délais et les frais pour l'obtenir en seront diminués.

À lire, prochain Partenaires:
Validité d'une soumission: Les normes d'analyse confirmées par la Cour d'appel
Par: Alexandre Franco

Pensée de la semaine:

On peut répandre la lumière de deux façons: être la bougie, ou le miroir qui la reflète.
[Edith Wharton]